Construction d’un bateau en aluminium

La construction d’un voilier en aluminium commence par des travaux de chaudronnerie pour l’assemblage de la structure, de la coque et du pont. L’aluminium est sélectionné pour sa faible densité (2.7), une coque aluminium étant plus légère que son équivalent en polyester, sa rigidité, très importante pour un dériveur intégral, sa capacité à absorber les chocs sans rupture; ainsi que pour la flexibilité de ce type de construction, permettant une personnalisation afin de mieux adhérer au cahier des charges et au programme de navigation du bateau.

La construction d’une coque aluminium démarre par l’assemblage d’une structure mixte transversale et longitudinale. On utilise un gabarit, pour souder les membrures, couples et lisses, correspondant à chaque modèle de coque et de pont, afin de respecter précisément les plans et l’architecture du voilier. La coque est construite à l’envers et sera ensuite retournée. Les bordés, tôles d’aluminium d’épaisseur variable suivant leur position sur la coque, plus épais pour les fonds, sont découpés au laser et préformés sous presse. Ils sont soudés sur la structure, hors gabarit.
L’étanchéité des soudures est contrôlée par ressuage. Un agent mouillant souvent de couleur rouge est appliqué sur les soudures. Grâce à un révélateur appliqué sur l’autre face, les chaudronniers et soudeurs pourront discerner les soudures défectueuses.

Quille, ou puits de dérive et lest pour les dériveurs, réservoirs et certaines cloisons ou membrures supportant l’aménagement ultérieur du bateau sont positionnés et soudés, et le moteur installé, avant que la coque ne soit pontée.

L’aluminium utilisé est de qualité marine tel le 5086H111 (anciennement sous l’appellation Ag4MC). Les soudures sont réalisées en MIG -TIG sous gaz inerte argon conformément aux normes Afnor, pour une grande rigidité et capacité à résister aux chocs.

Que la coque soit composée de bouchains vifs ou en forme (ou les deux pour certaines coques les plus récentes), les bordés doivent être réalisés avec une grande précision pour obtenir une coque régulière et sans ondulations. Une belle réalisation ne nécessitera que peu d’enduisage. L’isolation thermique de la coque et une bonne ventilation du voilier, grâce à des hublots et boites dorades bien positionnés, réduiront grandement les effets de condensation.

Une fois la chaudronnerie terminée, c’est au tour des peintres d’intervenir, après dérochage de l’aluminium à l’acide. Ils seront suivis par les ébénistes et charpentiers de marine, et les électriciens. Accastilleurs et électroniciens viendront en dernier.

Ci-dessous construction d’une coque aluminium de voilier dériveur intégral Ovni.
bateau en aluminium en construction

En savoir plus sur la construction et la soudure aluminium : voir ici

Sur le même sujet :

Dériveur Aluminium ? : Divers – Forum nautique OVNI-Club
Existe-t-il des raisons spécifiques à utiliser l’alu pour ce type de voilier plutôt que d’autres matériaux de construction plus standards ? …

Annuaire OVNI-Club > Chantiers Navals – Nautisme
Construction à l’unité de bateaux de voyage en aluminum épais Strongall. … ECN Chantier naval ECN construction de coques nues en alu, architecte jf Andre …


Questions, commentaires : ,  Abonnement : abonnement,  Inscription newsletter : Newsletter,  Partager : twitter facebook
Donnez votre avis sur cet article : A revoirBofMoyenBienTrès utile (12 avis, moyenne : 4, 42 sur 5)
Loading ... Loading ...