Arc de stabilité positive des OVNI

  • Facebook
  • Twitter

Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar lololefreerider » 14 Jan 2019, 16:01

Bonne année et plein de navigations à tous !

Comme tout "aventurier" je m’intéresse à la navigation et comme tout technicien, à la technique.
J'ai beaucoup regardé les OVNI qui présentent des caractéristiques bien séduisantes, bien qu' apparemment les finitions ne soient
pas toujours à la hauteur de la réputation, ni de la surcote en occasion. Mais ce n'est pas mon sujet .
En fait je me pose quelques questions particulières qui ne sont pas spécifiques aux OVNI, mais plutôt à tout les DI.
La première est cette réputation de ne pas remonter aux allures proche du vent. Pourtant les plans de dérive paraissent importants. Est ce une question de lest placé trop haut ou autre?
Ma deuxième question concerne l'arc de stabilité positive et par conséquent l' angle de stabilité nul qui semble très inférieur au préconisations des règlements internationaux en matière de course au large (120°) . Qu'en est-il dans la réalité?
Ma dernière question est issu de la lecture des forums nautiques concernant la navigation par gros temps: doit-on systématiquement relever la dérive pour échapper aux déferlantes, étant bien entendu que le vent ne renverse pas un bateau?

Merci pour vos réponses éclairées
lolo
lololefreerider
O nouveau
O nouveau
 
Messages: 2
Inscription: 14 Jan 2019, 15:31

Re: Arc de stabilité positive des OVNI


Note : vous voyez cette publicité car vous n'êtes pas connecté au forum
Annonces
 

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar cco » 14 Jan 2019, 17:07

Bonjour,
L'angle de remontée au vent (sur route fond) est en effet légèrement moins bonne qu'un quillard pointu. Mais il n'a rien à envier à un bateau de croisière grand public, souvent pas très lesté et avec un tirant d'eau réduit comme c'est le cas de beaucoup de bateaux type familial.
Le plan anti dérive est moins bien profilé et aussi souvent plus avancé que celui d'un quillard. Mais si ce ne sont pas des bateaux de régate, les moyennes tenue dans des grandes traversées sont plus qu'honorables et même parfois meilleures que celle des croiseurs familiaux.
Pour ce qui est de l'angle de stabilité, c'est un problème récurrent dans les forums anglo saxons, surtout américains. Ils sont culturellement dépendants des normes (sans doute dû à leurs avocats prêts à se faire de l'argent sur tout et n'importe quoi) et ils ne vont pas au delà des abaques calculées de manière théorique.
Pourtant, dans les faits, le nombre de dériveurs intégraux ayant chaviré est ridiculement faible au regard du nombre de milles parcourus dans toutes les mers du globe par ces voiliers.
Par contre, une chose est certaine, si on perd sa quille sur un quillard, la punition est instantanée! et il y en a eu au moins autant sinon plus que de dériveurs chavirés, qui eux, ont au moins la chance de pouvoir se redresser et continuer à naviguer.
Doit-on relever systématiquement la dérive? Personnellement, au portant dans une mer soutenue, je dirais oui ne serait-ce que par le confort apporté et le fait qu'on n'a aucun départ au lof.
Et au delà de la question sur l'angle de stabilité, on peut aussi se poser celle des safrans suspendus montés quasiment systématiquement sur les croiseurs modernes. Quand on voit le nombre de ceux qui les ont perdu, on a de quoi se poser la question. Plusieurs bateaux ces deux dernières années ont eu ce souci qui a été jusqu'à provoquer l'hélitreuillage de leurs occupants.
Avatar de l’utilisateur
cco
O passionné
O passionné
 
Messages: 296
Inscription: 15 Déc 2007, 22:23
Localisation: En travaux chez ALubat

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar lololefreerider » 14 Jan 2019, 17:36

Merci pour cette réponse.
Si je comprends bien un DI n'est pas auto redressable, passé un certain angle de gite inférieur à celui d'un quillard.
Par contre il y a peu d'accidents
Sur un OVNI c'est plus que 100° ou moins, quelles sont les valeurs ?
lololefreerider
O nouveau
O nouveau
 
Messages: 2
Inscription: 14 Jan 2019, 15:31

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar Dummy » 15 Jan 2019, 12:04

Bonjour et bienvenue sur le forum lolo :P

En faisant une recherche sur ce portail nautique OvniClub et le forum vous trouverez de nombreux sujets à propos de la stabilité des Ovni et plus généralement des dériveurs intégraux.
L'AVS (Angle of Vanishing Stability) auquel vous faites référence n'est qu'un paramètre de stabilité statique d'un bateau à considérer parmi beaucoup d'autres paramètres, le STIX est un chiffre déjà beaucoup plus complet pour refléter la stabilité d'un voilier. Mais je ne suis pas le plus compétent ici pour en parler.
L'AVS des Ovni varie suivant les modèles par ex l'un des plus bas de 100 pour l'Ovni 385 (ce qui ne veut pas dire que c'est un mauvais bateau, bien que très critiqué sur les forums anglosaxons qui ne connaissent pas les DI), 115/125 pour les Ovni 435/395 (best sellers du chantier) et probablement plus pour les modèles bien plus récents (445, 450, 400) avec des dérives plus lourdes. Voir ces infos : (en anglais)
Les dériveurs intégraux ne sont pas des catas et se redressent au bout de quelques secondes ou minutes qui ont du paraître une éternité pour les malheureux occupants (voir les fils sur le forum), mais ont beaucoup moins tendance à partir au tapis une fois la dérive relevée.
Si vous relisez les grands classiques (voir ici ou suivez la GGR, course sur des bateaux anciens autour du monde en cours) vous verrez que l'effet croche pied d'une quille est bien réel (voir aussi les expériences sur petits dériveurs). Les skippers de ces quillards cherchent à ralentir et stabiliser leur bateau par des trainards, "drogues", aussières, etc, pour éviter d'aller au tapis ce qui est encore arrivé à certains récemment dans de mauvaises conditions dans le Pacifique Sud (eg VDH et plusieurs autres participants de la GGR). Sur un DI tant que l'on a de l'eau à courir, la fuite sous tourmentin ou un bout de trinquette, GV basse ferlée sur la bôme et dérive relevée est à la fois relativement sûre et confortable même dans une mauvaise mer.
Bonnes recherches
Avatar de l’utilisateur
Dummy
O passionné
O passionné
 
Messages: 390
Inscription: 21 Fév 2007, 09:07

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar Enyleve » 18 Jan 2019, 15:16

Des AVS de 100, 115, 125 ... et maintenant plus
J'aimerais bien savoir pourquoi ça n'arrête pas d'augmenter si ce n'est pas important ??
Enyleve
O intéressé
O intéressé
 
Messages: 20
Inscription: 27 Oct 2009, 15:53

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar kea » 18 Jan 2019, 17:34

cela s'explique par le fait que l'architecture navale fait des progrès...et que c'est évidemment mieux un angle de 125° que 100°... On ne va pas s'en plaindre...Ce qui n'a pas empêché bon nombre de 385 ( angle à 100° ) de faire des tours du monde en toute sécurité mais son successeur le 395 a été amélioré par son architecte en terme de volume et d'angle de redressement ( angle 125° )...
kea
O intéressé
O intéressé
 
Messages: 30
Inscription: 23 Avr 2015, 03:04

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar Alibou » 18 Jan 2019, 18:48

C'est d'abord par obligation de suivre l'évolution de la réglementation qui ne tient pas compte de la spécificité des DI. Pour être vendu neuf et immatriculé tout voilier doit être homologué CE.
Sur un bateau prompt à faire la culbute comme sur les quillards à quille relativement longue vulnérables à l'assaut des déferlantes (rappelez vous les nombreux exemples dans la littérature nautique et tout récemment plusieurs participants du Golden Globe) l'AVS est un facteur important, on parle de 120 degrés min sur un voilier de course et plutôt 135 degrés min pour la croisière. Sur les voiliers rapides et plus récents la quille est profonde, voire pendulaire et très étroite; voir l'ex des Imoca où la quille sert juste à porter un bulbe avec le lest, les plans antidérive provenant des dérives droites aux extrémités sur chaque bord et plus récemment des foils.
Sur un Dériveur Intégral qui une fois sa dérive haute va glisser comme une savonnette (à éviter de pratiquer dans un port :mrgreen: ) l'AVS n'est pas le facteur le plus déterminant pour la sécurité.
Sur mon vélo (VTT) avec lequel je roule toujours de jour, mais dois traverser une petite partie de l'agglomération avant de me retrouver dans la nature, je n'ai pas de phare. Je viens de me rendre compte (merci la police municipale :mrgreen: ) que c'est en fait obligatoire. Ne m'est d'aucune utilité (pas maso pour aller dans les bois la nuit) mais je vais devoir en ajouter si je veux éviter un PV la prochaine fois ! Alors à moins qu'un jour je sois obligé de rouler de nuit ça va m'ajouter du poids sur le vélo ou le bonhomme pour rien, mais c'est obligatoire ! Même chose je serais tenté de dire pour un DI, à moins que l'équipage par méconnaissance de sa monture (la cause probable d'accidents) navigue en fuite dans une mer démontée dérive basse.
Alibou
O passionné
O passionné
 
Messages: 114
Inscription: 17 Août 2007, 18:31

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar Dummy » 18 Jan 2019, 21:26

C'est sans doute vrai pour la nouvelle réglementation qui a imposé à certains DI un mât plus court et un surplus de lest conséquent. J'ai lu sur ce forum et d'autres plus d'une tonne de lest alors qu'un éclairage à led sur un vélo, même sur un VTT de compétition, c'est pas plus de quelques dizaines de grammes, non ? :P
Avatar de l’utilisateur
Dummy
O passionné
O passionné
 
Messages: 390
Inscription: 21 Fév 2007, 09:07

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar projet445 » 09 Fév 2019, 15:10

Dummy a écrit: 115/125 pour les Ovni 435/395 (best sellers du chantier) et probablement plus pour les modèles bien plus récents (445, 450, 400) avec des dérives plus lourdes

La question qui se pose alors et que je me suis toujours posée avec la dérive plus lourde du 445 ou du 450 aujourd’hui, est-il possible de remonter complètement la dérive en fuite dans le mauvais temps comme sur les 435 ou 395 sans nuire à la sécurité du bateau ?
projet445
O discret
O discret
 
Messages: 13
Inscription: 12 Nov 2012, 12:06

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar kea » 09 Fév 2019, 17:10

Bien sur et c'est même recommandé dans une mer forte ! des que je que je navigue au portant , je remonte complètement la dérive, le bateau devient très doux , pilote auto mode réponse 1 ( tres peu de conso ) et c'a va très bien...Bon , faut quand même régler les voiles correctement !
kea
O intéressé
O intéressé
 
Messages: 30
Inscription: 23 Avr 2015, 03:04

  • Facebook
  • Twitter

Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Messagepar Sterna » 10 Fév 2019, 14:40

Je me suis aussi demandé si une dérive plus lourde d'environ 400 kg remettait en question la recommandation de relever la dérive par mauvais temps.

On peut effectuer un rapide calcul de "comptoir" pour s'en convaincre :

A ma connaissance on parle d'une dérive alu de 100-150 kg sur le 435 à acier de 400 kg sur un 445 avec environ 12 T en charge et un mât de plus de 17 m. On ne parle pas d'une quille rétractable avec un lest de plusieurs tonnes placé tout en bas dans un bulbe,
mais d'une dérive pleine dont le centre de gravité CG peut être placé sans gros risque d'erreur en son centre géométrique.

En remontant la dérive, pivotante autour de son axe, on remonte son CG d'environ 50 cm (faire un croquis pour s'en rendre compte)
ce qui est équivalent à 0.5 x400 kg = 200 kg.m
sur un voilier de 12 T en charge cela va remonter le centre de gravité global d'environ 1 ou 2 cm max !

L'impact sur le moment de redressement d'un navire large comme les DI avec une bonne stabilité de forme semble pratiquement négligeable par rapport aux forces dynamiques, dès que le bateau prend de la vitesse, pouvant s'exercer sur une quille ou une dérive en position basse

Se rendre compte aussi que remonter la dérive correspond au niveau impact sur le CG à seulement un enrouleur supplémentaire d'environ 20 kg placé à 17/2+1.5=10m (position de son CG) ou encore 1 équipier (1 gros de 100 kg !) debout sur le pont ou 2 équipiers dans le cockpit !

Ce ne sont que des approximations pour se rendre compte des ordres de grandeur, mais que je trouve assez parlantes
Sterna
O intéressé
O intéressé
 
Messages: 44
Inscription: 10 Sep 2012, 18:08

Re: Re: Arc de stabilité positive des OVNI

Annonces
 


Revenir vers Autres

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron