voiliers bateaux aluminium ovni

Vers le contenu


Bateau à la cape

Réglage des voiles, dérive, régulateur d'allures, polaires de vitesse...
  • Facebook
  • Twitter

Bateau à la cape

Messagede luly » 31 Juil 2009, 22:15

Bonsoir à tous,
Je n'ai pas beaucoup d'expérience de navigation sur dériveur intégral, et je me demande comment ces voiliers tiennent-ils la cape ? Si vous avez déjà l'expérience de la cape dans du gros temps, je serais très intéressé de savoir comment le bateau se comporte, faut-il descendre la dérive dans ce cas ? cad le contraire de la fuite ? Merci
luly
O impliqué
O impliqué
 
Messages: 84
Inscription: 07 Mai 2009, 14:04

Re: Bateau à la cape


Note : vous voyez cette publicité car vous n'êtes pas connecté au forum
Annonces
 

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede SABBA » 03 Aoû 2009, 12:05

Bonjour,
Sujet qui me semble bien intéressant aussi ! Je crois qu'il serait dommage de descendre la dérive car d'après ce que j'ai pu comprendre dérive haute le bateau va bouchonner et ceci évite l'effet croche pieds d'une déferlante comme sur un quillard ?
SABBA
O intéressé
O intéressé
 
Messages: 30
Inscription: 14 Juin 2007, 14:02

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede Zephyr » 09 Aoû 2009, 16:38

Contrairement aux bateaux lourds à quille longue qui tiennent très bien la cape; en principe dans du très mauvais temps, il vaut mieux continuer à naviguer (par exemple en fuite à 150 degrés du vent ET dérive relevée) avec ce type de bateaux OVNI à déplacement relativement léger.
C'est aussi ce que dit Jimmy Cornell après son expérience de 65 000 NM sur son Ovni 43 Aventura Trois :
lien : -http://jimmycornell.com/boats/ovni-faqs
"I have been in winds 60+ knots (briefly) and sustained 40 knot winds, without any problem, but I continued sailing - because this is what you do in a light or medium/light displacement boat. "
Zephyr
O discret
O discret
 
Messages: 7
Inscription: 07 Aoû 2008, 16:59

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede Jean Louis » 09 Aoû 2009, 21:23

C'est bien joli, mais il est parfois nécessaire de se mettre à la cape dans le mauvais temps, par exemple manque d'eau à courir sous le vent car présence d'une côte sans abris, ou tout simplement pas envie de reperdre des milles dûment gagnés contre le vent ! Je confirme que ça serait intéressant de fait d'entendre ceux qui ont l'expérience de la cape sur leur Ovni.
Avatar de l’utilisateur
Jean Louis
O intéressé
O intéressé
 
Messages: 29
Inscription: 27 Mar 2007, 09:32

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede Ymanja » 11 Aoû 2009, 10:58

Je n'ai pas d'expérience de la cape avec Ymanja (435) dans du vrai mauvais temps, mais ai effectué des essais. Je pense d'ailleurs, si je puis me permettre, que quiconque prévoit de voyager avec son bateau, devrait s'entrainer tant que les conditions restent manoeuvrables et en tirer ses propres conclusions.

Pour en revenir à mes essais par 30-35 N établis, mer bien formée mais pas encore trop mauvaise :

Bateau sous tourmentin seul légèrement à contre ou plus simplement bordé plat (je borde les 2 écoutes par sécurité), barre bloquée à contre. Mes expériences dans des vents plus forts mais portants m'ayant conduit à affaler la GV entièrement car encore trop de toile avec 3 ris. L'idéal serait de posséder une voile de cape ou voile suédoise, mais nécessite pour être opérationnelle son propre rail sur le mât, etc; je n'ai pas franchi le pas tant que je ne prévois pas des navigations plus "exposées". Avec une voile de cape on pourrait mettre le tourmentin plus à contre.
Bateau sous tourmentin seul a tendance à abattre naturellement (j'ai hérité d'un tourmentin assez grand, je crois 7 m2 +, le premier proprio d'Ymanja pensant qu'un tourmentin trop petit ne sert à rien) . Pour ne pas rester trop en travers des vagues, j'ai utilisé deux belles aussières à l'avant faisant office d'ancre flottante. De part mes aventures sur mon précédent bateau (cape dans de la vraie piaule) je considère les ancres flottantes comme des gadgets, ou plutôt je devrais dire :lol: que je n'en ai pas encore rencontré me semblant assez solide pour tenir dans la tempête.
Dérive relevée le bateau se positionne déjà pas mal mais tendance à dandiner du ..., disons de l'arrière :wink: et ce qui me fait peur ce sont le rappel des vagues et les coups de boutoir sur le safran, pas terrible surtout en imaginant une mer déchainée !
J'ai donc mis de la dérive, environ à moitié, pas sûr cependant que ça fasse une grosse différence si baissée entièrement :roll:
Dans cette configuration le bateau me semble assez stable, donc faisable. Ensuite la décision de tenir ou non la cape ou de partir en fuite dépendant des conditions réelles (mer, zone sous le vent, équipage, etc). Au moins j'aurais déjà une petite idée pour m'aider à décider de la marche à suivre.
Je ne suis pas contre ce qui a été dit plus haut (fuite préférable etc), mais comme Jean Louis pense aussi qu'il faut pouvoir disposer de toutes les options.
Dernière édition par Ymanja le 12 Aoû 2009, 14:27, édité 1 fois.
Si deus quizer !
Avatar de l’utilisateur
Ymanja
O passionné
O passionné
 
Messages: 156
Inscription: 21 Fév 2007, 16:44
Localisation: Méditerranée

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede luly » 11 Aoû 2009, 21:52

Bonsoir et merci bien pour ce message à la fois intéressant et éducatif.
Que faut-il penser de l'option cape sèche c.a.d. bateau à sec de toile, appendices relevés et équipage enfermé à l'intérieur ?
luly
O impliqué
O impliqué
 
Messages: 84
Inscription: 07 Mai 2009, 14:04

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape sèche

Messagede Ymanja » 12 Aoû 2009, 11:53

Bonjour,
Très franchement je n'en ai pas l'expérience, car à priori n'aime pas trop l'idée, mais il faudrait sûrement essayer !
Le bateau n'étant plus appuyé par aucune voile, ce sera probablement très inconfortable pour l'équipage, style shaker dans les mains d'un barman expérimenté :D .
Sans dérive le bateau devrait déraper doucement, mais ne sais pas s'il restera bien positionné par rapport aux déferlantes ?
Alors qu'avec tourmentin et aussières on devrait arriver à rester dans une fourchette d'angles voisine de 70 degrés.
Pour le safran, comme chacun sait, il doit toujours se trouver en position basse, mise à part échouage volontaire sur une plage ou navigation lente au moteur pour mouiller dans peu d'eau calme (sans vent); sinon risque élevé d'endommager système de barre ou safran, surtout avec la force des vagues dans du gros temps.
Si deus quizer !
Avatar de l’utilisateur
Ymanja
O passionné
O passionné
 
Messages: 156
Inscription: 21 Fév 2007, 16:44
Localisation: Méditerranée

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede IGLOO » 28 Aoû 2009, 06:00

Salut à tous,
Très difficile de parler de mise à la cape: l'appréciation de la situation météo est souvent "personnelle" et il peut se faire que de prendre la cape tienne plus du besoin de confort ou réconfort que de nécessité. La cape d'attente par exemple.
Le vrai mauvais temps? Surement un composé de vent fort souvent contraire et de l'état de la mer. Vent contre courant par exemple.
Alors la cape? Voilà ce que je fais sur mon Ovni 39 quand j'estime qu'il vaille mieux "calmer" le jeu plutot que que continuer à faire route. Pas ce qu'il "faut" faire, ce que je fais!
Précisons que mes navigations m'ont amené jusqu'en Péninsule Antarctique (1999, skipper de l'Ovni 43 de Jimmy C.), au Spitzberg été 2002, Groenland cote Ouest 2004, Groenland cote Est 2007 avec mon Igloo, pour ce citer que les plus marquantes. La méditerranée l'hiver, c'est pas mal non plus.
J'ai toujours pris la cape en laissant la dérive basse, sans voile d'avant, GV à 2 ris bordée dans l'axe, barre dessous toute , comme pour virer. La GV doit être aussi plate que possible: une tole! Le bateau reste à 50/60° du vent et dérivet par le travers jusqu'à 2 noeuds. Est-ce qu'il y avait vraiment du gros temps? Sincèrement c'est la vrai question. Ce que je peux affirmer c'est que le vent dépassait les 45 noeuds constants et que ma route demandait du près. Il ne sert à rien de s'obstiner à tenter de faire route dans ces conditions: donc cape d'attente? de confort? de sécurité? Surement un joli cocktail de tout cela. J'étais en pleine mer avec de l'eau à courrir.
Le long de la cote Nord de l'Islande, cap à l'Ouest, j'ai continué à faire route sous un bout de Yankee tangonné avec ce type de vent, 45 voir plus mais favorable puisque d'Est, mer du vent sans plus ce qui m'a permis de réaliser une de mes meilleures moyennes, sous pilote dérive haute, 90 nm en moins de 10 heures!
Dans certaines zones de navigation, disons là où les dépressions se plaisent, en fait on joue avec elles et mêmes si elles restent maniables, sachant que le vent va changer sous peu de direction, pourquoi ne pas attendre tranquille qu'il soit plus favorable en direction? J'appelle cela "faire canard".
Bonnes navigations à tous.
On veut naviguer intégral
Avatar de l’utilisateur
IGLOO
O voyageur
O voyageur
 
Messages: 4
Inscription: 28 Nov 2007, 19:26
Localisation: Açores, Terciera

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede Jean Louis » 28 Aoû 2009, 22:06

Salut et merci à tous pour le partage de ces infos intéressantes et instructives. Pour Igloo je suppose que tu voulais dire GV au 3 ème ris ?
Me semble suffisant comme surface, et dans mon cas plus facile à border plat ma GV avec 3 ris car celle-ci est déjà ancienne !
Merci, Jean Louis
Avatar de l’utilisateur
Jean Louis
O intéressé
O intéressé
 
Messages: 29
Inscription: 27 Mar 2007, 09:32

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede Alibou » 10 Sep 2009, 22:56

Euh oui, la GV au deuxième ris dans plus de 45 N de vent et même bordée plat, ça parait osé !
Alibou
O impliqué
O impliqué
 
Messages: 93
Inscription: 17 Aoû 2007, 19:31

  • Facebook
  • Twitter

Re: Bateau à la cape

Messagede Ambrym » 24 Sep 2009, 19:11

Mon expérience par fort coup de vent ( F9, 45-50 n) de nuit au large d'Ouessant sur Ambrym, ovni 345. Retour des Açores. La météo annonçait du F8/ coup de vent, donc la situation est devenue nettement plus dure que prévu. Grand voile 3 ris très plate, la bôme débordée à 30° et solidement immobilisée ( frein de bôme+ hale bas étarqués + écoute /chariot), génois roulé sauf un mouchoir de poche (plus question d'aller gréer un tourmentin à partir d'un certain moment) pour équilibrer, dérive à moitié baissée, le moteur en avant lente à 1200 tr/mn, pilote enclenché. Le bateau orienté au près, de 3/4 face par rapport aux vagues principales ( 6 à 9 m). A noter que nous avions mis le moteur parceque entourés par moment de cargos eux-mêmes à la cape face à la mer: on voulait garder le maximum de possibilité de manoeuvrer au cas où ils se seraient trop approchés. Veille obligatoire. En fin de nuit, on a constaté que le bateau avait fait route lentement en dérivant latéralement mais aussi en gagnant nettement au vent. Le confort était correct sauf quelques coups de boutoirs ( vagues) impressionants car faisant résonner toute la coque en la déplaçant latéralement. La dérive à moitié baissée = bon compromis pour ne pas déraper trop vite et s'effacer devant les vagues les plus fortes. Franchement, je ne sais pas ce que que nous aurions fait si F10 et mer plus dure.
Avatar de l’utilisateur
Ambrym
O nouveau
O nouveau
 
Messages: 4
Inscription: 21 Mai 2007, 16:52
Localisation: Lorient


Retourner vers Navigation

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités