voiliers bateaux aluminium ovni

Vers le contenu


Compensation du safran

Relevage hydraulique de la dérive, safran, guindeau, propulseur, ...
  • Facebook
  • Twitter

Compensation du safran

Messagede iona2 » 19 Juil 2010, 23:33

Bonjour,

voilà déjà quelques années que je suis propriétaire d'un 435 que j'adore mais voilà, je ne le trouve pas exempt de défauts... Le principal et le plus pénible à mon gout vient du safran. En effet, j'ai un pilote hydrolique, Vérin L&S, tête et calculateur Simrad et voilà, quand les conditions commencent à être un peu musclées, voiles bien équilibrées, surface de voile en relation avec le temps qu'il fait, la moindre vague un peu forte qui peut secouer le bateau un peu plus fort qu'à l'accoutumée (et çà arrive souvent par 35 et plus de vent), le pilote décroche litéralement et le bateau part forcément au lof vu que la barre n'est plus commandée.

Il me semble lorsque je barre le bateau moi même par ces conditions, que la barre devient finalemement très dure et donc que le pilote ne peut pas non plus faire des prouesses à ce point... Alors, pendant les longues traversées, les nuits sont justement longues, obligées de rester dehors quel que soit le temps pour reprendre la barre quand les conditions deviennent trop pour le pilote

À première vue, je penserais que la compensation (inexistante de par le concept alubat) du safran y soit forcément pour quelque chose!... J'ai un ami avec un autre bateau DI lui aussi, dont je tairai la marque, qui dans les même conditions que moi ne sors dehors que pour des petits ajustements de voile et reste bien au chaud et en sécurité...

Vous avez une idée? Un retour d'expérience? Une astuce? Une solution?

J'envisageais tout simplement de redéssiner la tole inférieure pour lui ajouter une compensation entre 12 et 17% de la surface totale quite à perdre sur le tirant d'eau safran relevé.

Salutations
iona2
O discret
O discret
 
Messages: 14
Inscription: 26 Oct 2007, 16:07

Re: Compensation du safran


Note : vous voyez cette publicité car vous n'êtes pas connecté au forum
Annonces
 

  • Facebook
  • Twitter

Re: Compensation du safran

Messagede Brecqhou » 21 Juil 2010, 12:45

Etes-vous sûre d'avoir le safran bien en butée lorsqu'il est descendu ? Autrement dit votre vérin de safran est-il bien étanche pour maintenir votre safran en butée. Pour en avoir la certitude lorsque vous sentez la barre dure, redonnez un coup de pompe en position descente de safran et si s'a s'améliore c'est que votre vérin fuit légèrement.
OVNI 385 acquis en Australie en 2002. Ai fait le tour de l'Irlande, de l'Islande. Navigations en Bretagne, Irlande, Galice, Portugal, Açores, Ecosse, Shetland, Norvège jusqu'à la frontière russe, Spitzberg. Bilan 2012 : 30000 mn depuis 2002.
Brecqhou
O passionné
O passionné
 
Messages: 108
Inscription: 25 Fév 2007, 22:16
Localisation: Manche

  • Facebook
  • Twitter

Re: Compensation du safran

Messagede iona2 » 21 Juil 2010, 14:00

Bonjour,
non, absolument aucune fuite, safran bien en butée, souvent vérifié croyant effectivement qu'il pourrait y avoir quelque chose comme çà. Mais toutefois, avouons quand même que le principe de ce safran n'apporte aucune compensation et que donc il est forcément plus dur qu'un safran traditionnel suspendu...
Salutations
iona2
O discret
O discret
 
Messages: 14
Inscription: 26 Oct 2007, 16:07

  • Facebook
  • Twitter

Re: Compensation du safran

Messagede Ymanja » 21 Juil 2010, 22:24

Bonsoir,
Comme Brecquou je pense que la première chose à vérifier est que ton safran descend bien à fond et surtout ne remonte pas légèrement, ce qui expliquerait une barre dure et le décrochage du pilote.
A ma connaissance tous les 435 possèdent un safran compensé, du moins le mien et ceux que j'ai essayés lors de son achat d'occasion. Ce n'était pas le cas sur des modèles d'Ovnis beaucoup plus anciens, mais le 435 est un voilier récent, pas plus de 10 ans pour les premiers. Dans le cas des premiers Ovnis (20 ans et plus) il fallait souder un profil supplémentaire en avant de l'axe de rotation du safran. Mais à nouveau ce ne devrait pas être nécessaire sur un 435 même ancien. Sur Ymanja et maintenant plus de 20 000 milles parcourus, dont une grande partie en solitaire, mon pilote (Raymarine et vérin Lecombe et Schmidt) n'a décroché qu'à de très très rares occasions, plutôt par vents faibles lorsque la mer est encore bien formée, et jamais par vents forts. Dans le cas d'un décrochage une alarme retentit, donc pas besoin de veiller. Mais voilà ma barre est rarement dure, à moins d'être volontairement très surtoilé
Si deus quizer !
Avatar de l’utilisateur
Ymanja
O passionné
O passionné
 
Messages: 158
Inscription: 21 Fév 2007, 16:44
Localisation: Méditerranée

  • Facebook
  • Twitter

Re: Compensation du safran

Messagede Perpete » 22 Juil 2010, 17:28

Je confirme ce qui est dit plus haut. Ayant un 43 à safran compensé, je ne comprends pas qu'un OVNI plus récent ne le soit pas. Il faut absolument explorer la position du safran : butée encrassée, axe ovalisé, ??? Nous savons tous qu'il n'y a pas besoin de plus de quelques millimètres d'écart entre la butée et le safran pour que la barre devienne dure.
Avatar de l’utilisateur
Perpete
O impliqué
O impliqué
 
Messages: 75
Inscription: 26 Avr 2007, 20:06
Localisation: LE TOUQUET

  • Facebook
  • Twitter

Re: Compensation du safran

Messagede ALBATROS » 05 Déc 2010, 17:03

La réponse n'est pas simple. A priori j'aurai tendance à dire que tous les pilotes ont leur limite. Tous les pilotes décrochent dès lors que le temps et la mer deviennent durs. Le mien décroche comme tous les autres semble-t-il. Et c'est mieux ainsi car cela permet de préserver le matériel. Le couple de rappel sur le vérin du safran par gros temps ( surtout si le bateau est un peu loffeur ) est énorme. Ne demandez jamais trop à ce pauvre pilote. Sinon il cassera !
lE seul réglage serait éventuellement celui de l'électronique de barre . On l'appelle en anglais : the response. Reprenez la notice et donnez vous des paliers plus adaptés. Là encore il y aura une limite.
Le plus sage restera toujours de laisser dormir le pilote de barre, de réduire la toile, d'équilibrer le bateau et de relever la dérive. Ainsi vous allez diminuer le couple de rappel et vous préserverez le vérin ou vos muscles si fragiles. Vivent les dériveurs, vivent les OVNIS.
ALBATROS
O impliqué
O impliqué
 
Messages: 50
Inscription: 30 Oct 2010, 12:53

  • Facebook
  • Twitter

Re: Compensation du safran

Messagede Marie Galante » 12 Déc 2012, 18:19

J'ai un 43.
Si un OVNI part au lof, par fort vent, il est conseillé de diminuer la voile (puis le foc) et surtout de relever un peu la dérive.
En général ça marche bien.
Par ailleurs, il est probablement utile de modifier le réglage du pilote pour le rendre plus réactif : moins d'échantillons pris en compte pour diminuer le temps de réaction, gain plus élevé etc...
Ca peu se faire avec la notice.
Marie Galante
O discret
O discret
 
Messages: 15
Inscription: 05 Nov 2009, 14:58

  • Facebook
  • Twitter

Re: Compensation du safran

Messagede MOUSSAILLON » 16 Déc 2012, 14:06

D'accord avec les appréciations précédentes:
-bateau avec peu de gite
-dérive relevée moitié très vite
-toile du temps : GV, Genois, GV et trinquette dès autour de 24 de vent apparent environ (en fait 1 trinquette = 1/2 genois) -La perte de vitesse est faible pour un confort qui revient très vite. ( selon la mer quand même).

Critère : pouvoir lacher la barre, en tout cas la tenir à 2 doigts.
MOUSSAILLON
O passionné
O passionné
 
Messages: 107
Inscription: 06 Avr 2008, 16:35
Localisation: USA Virginie - Juillet 2015.


Retourner vers Autres sujets

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités