Internet à bord

Que ce soit pour connaître les prévisions météo, échanger du courrier électronique, envoyer des photos aux proches, mettre à jour un blog de voyage, gérer ses comptes bancaires et ses activités à terre, faciliter l’éducation des enfants avec le CNED ou bien consulter divers sites internet pour réaliser des dépannages ou une maintenance préventive sur le bateau, acheter en ligne des pièces détachées ou encore rechercher des informations concernant la santé de l’équipage, un accès à Internet à bord est bien pratique et chaque jour de plus en plus utile.

Heureusement un voilier en grand voyage se situe la majorité du temps proche des côtes, au mouillage ou dans une marina, où les accès à Internet sont plus aisés. Une fois au large en grande traversée, seuls des moyens satellites comme l’on en rencontre sur les voiliers de course effectuant des circum-navigations permettront de se connecter.

Parmi ces différentes solutions d’accès à internet à partir d’un bateau, les débits et les coûts diffèrent de manière significative, il faut donc choisir la solution la mieux adaptée.

Bornes WIFI

Beaucoup de marinas aujourd’hui sont équipées de bornes Wifi, parfois gratuites ou plus souvent sur abonnement. Certains bars ou restaurants offrent le Wifi gratuit à leurs clients. Ce qui n’est pas souvent le cas sur les côtes françaises méditerranéennes, où l’on utilisera plutôt les accès Wifi de son opérateur habituel Free ou SFR. La meilleure solution consiste à équiper son bateau d’une antenne efficace pour la réception du Wifi et d’une bonne interface USB. Il n’est pas nécessaire d’investir dans une installation marinisée coûteuse, avec par exemple une antenne étanche à poste sur le portique arrière, car celle-ci sera de toute façon rapidement obsolète. Des antennes bon marché, disponibles pour moins de 50 € pour une puissance minimum de 9dB, que l’on pose tout simplement à travers un hublot sur le roof, sont très efficaces. Nous avons pu ainsi surfer (sur internet) au mouillage à plus d’un demi mille nautique d’une borne Wifi d’un café internet !

ordinateur et internet à bord

Satellites, Iridium, Inmarsat, BLU

Au grand large seules la BLU et les communications par satellites fonctionnent.

Le téléphone par satellite Iridium offre une couverture mondiale. Pour se connecter à un ordinateur, on doit utiliser un kit data avec ce téléphone. La vitesse de cette connexion data permettant un accès à internet reste relativement faible, de moins de 10 Kbps. Ce sera suffisant pour envoyer ou recevoir quelques courriels et obtenir des fichiers Grib pour la météo. Suivant la taille du fichier, cela pourra prendre rapidement 5 minutes à le télécharger et vous coûtera souvent plus de 5 € par fichier, la facturation étant établie à la minute de connexion data. L’achat d’un téléphone Iridium, coûtant avec la carte et le kit environ 1500 €, est plus accessible que les autres solutions énumérées ci-dessous. De plus il est possible d’en louer un pour des besoins ponctuels. Il faut cependant rajouter les recharges qui correspondront à des coûts d’environ 1€ par minute en choisissant les meilleures offres.

L’avantage du téléphone satellite est qu’il reste le moyen le plus pratique pour appeler, par exemple en cas d’urgence au beau milieu d’une grande traversée, ou être appelé sur le bateau en navigation. Le téléphone peut être rechargé à distance en unités ou minutes de communication. L’ajout d’une antenne externe de qualité marine s’avère bien utile pour les traversées mouvementées.

D’autres moyens de communication sont possibles si l’on s’en tient à recevoir des fichiers GRIB et des emails. La BLU est une solution plus conviviale que l’utilisation d’un téléphone, permet des échanges de courriels quasi-illimités à des coûts très bas, en utilisant par exemple Sailmail, mais nécessite un investissement plus conséquent au départ, dans un poste de BLU fonctionnant en émission-réception et un modem Pactor.
Une BLU de qualité marine ICOM plus son installation (modem, boîte d’accord, antenne) va coûter plusieurs milliers d’euros. C’est très agréable de pouvoir téléphoner ou discuter avec d’autres bateaux ou bien encore avec des radios amateurs, par contre la qualité des communications reste très variable surtout pour la voix et cela nécessite un certain apprentissage. Les communications data automatiques fonctionnant en général plus facilement. De plus comme pour la VHF, la BLU conserve une fréquence de surveillance de détresse, mais la veille aujourd’hui peut s’avérer théorique.

On ne parlera pas ici des terminaux fixes satellites du type Inmarsat A ou C, Iridium open port, Skipper Inmarsat Fleet ou Sailor broadband permettant certes des débits internet plus élevés qu’un téléphone, mais dont le budget global (appareil et communications) est plus adapté à un bateau de course sponsorisé ou à des bateaux de transport professionnels qu’à un simple voilier de croisière.

Clés 3 G, clés USB ou kit data

Dans certains pays où les accès Wifi sont encore souvent payant et à des tarifs élevés, le cas lors d’une grande croisière en Méditerranée, l’utilisation d’une clé 3G connectée à un ordinateur portable s’avère souvent intéressante. Les offres évoluent rapidement, avec une facturation à la consommation (nombre de giga Octets transférés) ou en forfait illimité. Il faut se renseigner auprès des principaux fournisseurs d’accès pour les pays concernés, par exemple Vodafone ou Wind pour l’Italie ou la Grèce. Vodafone Italie commercialise des clés avec accès illimité valable de 1 à 3 mois pour un prix de 30 à 50 €. La réception est variable suivant les zones et ports visités. Abroadband propose une clé fonctionnant autour du monde, du moins dans plus de 60 pays à ce jour.

Une autre solution consiste à utiliser des cartes Sim locales prépayées avec un smartphone, I-phone ou encore certaines tablettes Ipad, etc. Dans ce cas il ne faut pas oublier de demander le code de désimlockage de son appareil à son opérateur avant de partir (gratuit pour les clients de plus de 3 mois). A noter certains smartphones sur Android (fonction encore trop souvent bloquée sur d’autres appareils) peuvent être facilement convertis en borne Wifi, ce qui s’avère très pratique si vous possédez plusieurs ordinateurs ou Ipad sur votre voilier !
Un autre avantage de disposer d’un routeur wifi à bord est de pouvoir utiliser une tablette Ipad avec une housse étanche (ou encore mieux l’I-pad case, boîtier étanche et anti-chocs) comme répétiteur de cockpit pour les cartes de navigation, au lieu d’investir dans du matériel fixe placé sur la colonne de barre, écrans coûteux de qualité marine qui risquent de toute façon de mal supporter les UV et de connaître top ou tard des problèmes d’étanchéité.

Sur le même sujet :

Antennes Wi-Fi – Forum nautique

Mieux vaut utiliser de petites antennes avec prise USB que l’on trouve partout très facilement…


Questions, commentaires : ,  Abonnement : abonnement,  Inscription newsletter : Newsletter,  Partager : twitter facebook
Donnez votre avis sur cet article : A revoirBofMoyenBienTrès utile (24 avis, moyenne : 4, 42 sur 5)
Loading ... Loading ...