Chauffage à bord d’un voilier

Dès qu’un voilier de grande croisière navigue dans des régions froides, l’humidité ambiante va aviver la sensation de froid, s’ajoutant à l’inconfort. Il sera par ailleurs bien difficile de faire sécher des vêtements ou bottes mouillés .

L’installation d’un chauffage de bateau à bord d’un voilier de grande croisière va réellement améliorer le confort de l’équipage et permettre la navigation d’hiver dans nos régions tempérées, ou encore des périples sous les hautes latitudes. Il va sans dire que la coque du voilier en aluminium doit aussi être isolée, et le bateau pourvu d’une ventilation efficace, au port comme sous voiles.

On dispose de plusieurs solutions de chauffage possibles pour un bateau, qu’il soit à l’arrêt ou en navigation. Tout d’abord les chauffages électriques, convecteurs ou radiateurs, fonctionnant en 220 V sont exclus. Ce sont uniquement des chauffages d’appoint lors d’escales prolongées au port, et lorsque les fusibles du quai sont suffisants. On exclut aussi les chauffages à gaz qui obligerait à stocker de plus grandes quantités de gaz et posent des problèmes de condensation. De même pour le pétrole lampant qui imposerait l’utilisation d’un stockage supplémentaire (ex. chauffages Wallas au pétrole).

Les solutions nomades utilisables au port comme en navigation, consommant du gas oil, c’est à dire le même carburant que le moteur du bateau, sont de trois sortes : les chauffages à air pulsé (Webasto, Eberspacher Airtronic, Wallas, …) dont la chaudière fonctionne au gas oil, les chauffages à eau avec radiateurs, dont la chaudière brûle aussi du gas oil (ex. Eberspacher Hydronic, Kabola), et enfin les chauffages de type poêle (Dickinson, Refleks, Taylor, etc).

Les chauffages diesel à air pulsé ont de nombreux avantages. Ils sont efficaces, et de plus assèchent rapidement l’air du bateau. Relativement peu gourmands et peu bruyants, ils s’intègrent parfaitement au bateau. La chaudière est placée dans la partie supérieure d’un coffre de cockpit, permettant une évacuation directe des fumées à travers la coque, et évitant les problèmes d’odeurs désagréables lors du démarrage. Les tuyaux d’air chaud de diamètre important doivent être parfaitement intégrés à la construction du bateau. Seules les bouches d’air sont visibles. Il faut cependant éviter les angles aigus pour maintenir un flux de circulation élevé pour l’air chaud, et réaliser l’installation avant de terminer les aménagements. Mise à part les quelques minutes de mise en route, leur consommation électrique est faible, et les quelques litres de gasoil pompés dans les grand réservoirs destinés au moteur sont tout à fait tolérables. Seule la pompe émet un bruit de tic tac permanent, mais est facile à isoler.
Leur plus gros défaut provient de la fragilité d’une partie électronique très sophistiquée et irréparable localement, même par un professionnel. Ce sont des chauffages conçus pour les camions ou camping cars, qui n’ont pas vraiment été étudiés pour résister à l’environnement marin. Par exemple, le boitier électronique gagnerait à être mieux isolé pour les versions marines. Tant qu’ils sont utilisés régulièrement, ils restent fiables. Par contre les problèmes commencent après une inutilisation prolongée. Les réparations sont à la fois longues (retour sur le banc du constructeur ou importateur) et coûteuses. Par ailleurs on ne peut pas les faire fonctionner en marche forcée au-delà d’un seuil de température ambiante dans le bateau (de l’ordre de 22 degrés). Ce qui serait pourtant bien utile pour assécher un bateau naviguant sous la pluie, même l’été, ou traversant un grain sous les tropiques… et permettre à la chaudière de tourner régulièrement.

Hivernage voilier chauffage obligatoire
Pas besoin d’hiverner dans les glaces pour apprécier un chauffage sur son bateau !

La version eau est très efficace aussi. Son installation comprenant des radiateurs dans chaque cabine est plus conséquente, mais paradoxalement souvent plus facile à réaliser à postériori, le diamètre des canalisations étant bien moindre que celui des tuyaux d’air chaud. Comme pour tout « chauffage central », l’inertie de l’eau dans les radiateurs apporte un grand confort.

Les chauffages de type poêle (Refleks, Dickinson, Taylor, etc) ont l’avantage de l’efficacité, d’une puissance inégalée, de la simplicité et d’un coût d’acquisition bien inférieur. Ils sont particulièrement adaptés aux navigations lointaines en zones froides.
Cependant un espace dédié doit leur être réservé dans le carré. De plus l’évacuation des fumées devant se faire dans une cheminée dont le conduit traverse le pont, l’isolation et l’étanchéité doivent être très bien réalisés.
Malgré que certains se plaignent parfois d’odeur de fuel au démarrage, l’aspect visuel d’une flamme couplé à une forte puissance est sûrement très plaisant, ce qui en fait le chauffage préféré des marins nordiques. En option, des kits pour chauffer les cabines attenantes au carré, ou alors un circuit d’eau complet, sont disponibles.

Sur le même sujet :

Chauffage Eberspacher à air pulsé : Confort à bord – Forum …
Chauffage entièrement (et très bien) intégré au bateau (installation pendant la construction de celui-ci); évacuation des fumées bien …

Chamade Russie 2009 : La croisière blanche : un bilan : Voyageurs …
Le bateau est agréable, performant et rassurant. Le chauffage toujours aussi efficace (nous l’avons vu ce printemps par des nuits à -10°). …


Questions, commentaires : ,  Abonnement : abonnement,  Inscription newsletter : Newsletter,  Partager : twitter facebook
Donnez votre avis sur cet article : A revoirBofMoyenBienTrès utile (13 avis, moyenne : 4,54 sur 5)
Loading ... Loading ...