Navigation et électronique marine

Cartographie électronique détaillée, positions GPS précises, fichiers de prévisions de vent et de courant, radar, AIS … la navigation a bien évolué ces dernières années !
On ne peut que se féliciter de la sécurité apportée à tous par ces moyens modernes de navigation. Prévoyez cependant des alternatives en cas de panne de votre système principal et n’oubliez pas de sortir la tête de votre coin navigation pour admirer la mer, le ciel, les éléments, la vie … et continuer à aiguiser votre sens marin. Sinon mieux vaut se procurer un simulateur, plutôt qu’un voilier !

Cartes numériques, logiciels et équipement pour la navigation électronique

Toujours à la recherche de solutions simples mais performantes de cartographie électronique et de navigation assistée par ordinateur, adaptées aux besoins réels des navigateurs de plaisance, voici notre avis de « globe-fotteur » ne disposant pas du budget d’un voilier de course sponsorisé.

Les solutions entièrement intégrées avec lecteur multi-fonctions (ex. Raymarine) sont fiables, mais souvent peu flexibles et coûteuses, surtout quand la mise à niveau d’un appareil nécessite des changements en cascade. A quoi bon investir plusieurs milliers d’euros dans du matériel qui va devenir rapidement obsolète ?
Mieux vaut privilégier des solutions standards et disponibles facilement : ordinateur portable et interface NMEA avec connexion à la centrale de navigation par multiplexeur filaire, mini-hub USB, écran plat à la table à cartes, tablette comme écran répétiteur de cockpit, antenne et routeur Wifi, des logiciels simples avec la possibilité d’utiliser des cartes de formats différents, en fonction de l’évolution du marché et du projet de navigation .

Fuir donc les solutions propriétaires où seul un format, voire une seule version de carte peut être utilisée, ou lorsque vous devez changer la version de votre logiciel vos anciennes cartes ne fonctionnent plus !! En bon voileux et marin au long cours mieux vaut investir dans des voiles performantes, des panneaux solaires de dernière génération, du matériel de plongée,…

Des positions précises sur des cartes imprécises

De toute façon quelque soit le prix d’achat de vos cartes, il est important de savoir que dès que vous vous écarterez des grandes routes commerciales et des zones de plaisance fréquentées des pays développés, les données utilisées, même pour les cartes vectorielles les plus récentes, datent encore de l’ère pré-GPS ou sont trop succinctes. Certains relevés hydrographiques ont été effectué un ou deux siècles en arrière. C’était cohérent à l’époque du sextant et de la gonio, mais peut prêter à confusion et donner une fausse impression de sécurité à l’heure des positions GPS exactes à quelques mètres près.

navigation avec carte vectorielle electroniqueExemple de cartographie numérique : extrait de carte vectorielle

De nombreux navigateurs ayant parcouru des mouillages lointains ont noté des zones non-hydrographiées ou pire des erreurs importantes, parfois de plusieurs centaines de mètres, qui les auraient conduit sur le sable ou le corail, s’ils avaient suivi aveuglément ces cartes ! Même des zones plus proches que le Pacifique ou l’Indien, et plus fréquentées comme la Méditerranée orientale, certaines Antilles ou l’Amérique Latine, comportent de nombreuses erreurs.
Le gros avantage de la cartographie numérique sur les cartes papier est de pouvoir suivre son voilier directement sur la carte et de conserver des traces précises, de pouvoir superposer des images satellites récentes provenant de Google Maps, des images ou scans radar (overlay), et aussi de pouvoir utiliser les traces d’autres voiliers qui vous ont précédé pour le franchissement d’une passe délicate ou d’un mouillage entouré de récifs ou de patates de corail. L’inconvénient, mis à part la nostalgie de la magie du point astronomique au sextant, est la consommation électrique et les risque de pannes. La solution navigation électronique tout numérique sans aucune carte papier, est tout à fait envisageable aujourd’hui, mais n’est sûre que si vous disposez à bord d’une bonne redondance : plusieurs ordinateurs, un GPS fixe et un GPS portable au minimum.

Pour l’équipement notre préférence va à l’utilisation d’ordinateurs portables avec un écran plat déporté monté sur un bras articulé (double fonction table à cartes ou visionneuse DVD pour le carré), un clavier étanche supplémentaire (pour ne pas endommager son clavier ou pire son PC avec de l’eau de mer s’échappant des manches du ciré (seuls le clavier et la souris sont sur la table à cartes, le PC étant protégé à l’intérieur – prévoir une aération). Pour la navigation un portable ancien tournant sous Windows XP est largement suffisant et consomme souvent moins. Ne jetez pas votre ancien portable et gardez votre ordinateur plus récent pour d’autres applications (redondance de mise). Quant à l’écran, responsable de la majeure partie de la consommation électrique, paramétrez le pour qu’il se mette en veille rapidement. Une tablette Ipad dans un boitier étanche comme écran répétiteur de cockpit ou sur la colonne de barre. Surveiller aussi l’arrivée des nouveaux écrans sous OS Android rétroéclairés par la lumière solaire, ou encore mieux des écrans réflectifs plus visibles en extérieur et à faible consommation.

ipad pour navigation voilierUne intégration réussie d’un Ipad comme répétiteur sur la colonne de barre à bord du voilier Ramatoa.
Grâce à une antenne routeur Wifi, l’Ipad, protégé ici par un « Ipad case » boitier étanche, va prendre le contrôle de l’ordinateur de la table à carte dédié à la navigation : pratique pour les approches délicates !

Logiciels de navigation

De très nombreux logiciels de navigation étant commercialisés, difficile de tous les tester sur le bateau. Des solutions abordables qui fonctionnent et que nous avons utilisé :
MaxSea Easy avec cartes Mapmedia mm2 et/ou Cmap 3 (package incluant modules météo, AIS et une zone de cartes par ex. côtes françaises plus Espagne-Portugal ou toute la Méditerranée pour un total de 250 €), Scannav avec ses nombreuses fonctionnalités et un excellent support, et plus récemment l’option entièrement gratuite OpenCPN pouvant lire un très grand nombre de cartes.

  • Les fonctionnalités utiles : les intégrations météo (fichiers grib), AIS, courants, les export/import de traces, l’ajout de commentaires sur les cartes, la superposition en transparence d’images satellites 2D géoréférencées, et la superposition d’images radar pour vérifier la validité des cartes. Comme vous n’avez pas forcément toutes les cartes de détails de la terre entière et que ces cartes sont encore souvent fausses dans les îles reculées, il est toujours intéressant de pouvoir superposer en transparence à sa cartographie numérique, une image du radar ou une image satellite récente provenant de Google Maps.
    Toutes ces fonctionnalités sont aujourd’hui disponibles à faible coût, mis à part la superposition des données de votre radar.
  • Les fonctionnalités ludiques, mais pas vraiment nécessaires sur un voilier de voyage : les modules routage/performance
  • Les fonctionnalités inutiles et gourmandes en ressources : le 3D (un voilier n’est ni un avion, ni un sous-marin !)

L’ergonomie de MaxSea, même pour les versions anciennes de la V7 à V12.6 (et donc de MaxSea Easy), est toujours supérieure à ScanNav et OpenCPN qui ont pourtant bien progressé. La nouvelle version Time Zero 3D de MaxSea ne correspond pas aux besoins des navigateurs au long cours, plutôt un gadget ou jeu vidéo pour ados avec son 3D gourmand en ressources, ce qui est fâcheux pour un logiciel embarqué sur un voilier… Par contre l’intégration météo, des courants, de l’AIS, des images scan Radar (intégration NAVnet avec Furuno), des photos satellites (2D pas 3D !) est bien utile, le tout allié à une excellente ergonomie et une personnalisation possible des outils et fonctions utilisées pour simplifier l’usine à gaz qu’est devenu ce logiciel, en font toujours un très bon outil de navigation. Les points faibles et l’historique de MaxSea, c’est une offre toujours chère par rapport à la concurrence et une politique commerciale « agressive » vis à vis des utilisateurs honnêtes et loyaux, sans compter les problèmes de connectique avec l’utilisation d’un dongle en milieu marin (versions antérieures à Time Zero).
Mais le véritable problème est en fait plus général et lié aux différentes versions propriétaires de cartographie : les anciennes bibliothèques de cartes achetées par les navigateurs n’étant plus utilisables avec les nouvelles versions des logiciels ! Très désagréable et coûteux de devoir racheter périodiquement toutes ces cartes qui de toute façon ne sont pas plus à jour pour de nombreuses zones intéressant les « tour-du-mondistes ».

Scannav dispose d’un bonne flexibilité, de nombreuses fonctionnalités intéressantes comme l’atelier de cartographie, la superposition de photos, la modification des traces, et d’un support efficace.
Pour environ 240 € tout compris avec les modules les plus utiles (météo, AIS), c’est un peu le couteau suisse du navigateur gaulois … A comparer aux 800 € pour MaxSea Time Zero (mais sensiblement équivalent aux meilleures offres actuelles de MaxSea Easy); plus qu’à ajouter la superposition des images radar (overlay) pour en faire un logiciel vraiment abouti !

Quant à OpenCPN, c’est un véritable projet open source avec une communauté internationale importante de développeurs et un groupe actif d’utilisateurs francophones. Le logiciel est de plus en plus complet, lit un très grand nombre de cartes (dont CMap) et de plus de nombreux plugins sont constamment en développement, comme par ex. la superposition des images radar Garmin en ce moment. Nécessite un nouvel apprentissage pour bien maîtriser toutes les possibilités, mais difficile de se plaindre d’une offre aussi complète entièrement gratuite !


A voir aussi sur le même sujet, des discussions sur le forum, les dossiers, les blogs des voyageurs et dans l’annuaire de l’Ovniclub :

Cartes et outils pour préparer une navigation | Ovni-Club
Planification et outils d’aide à la navigation. Calcul de distances, routes, waypoints et caps.

Téléchargement des Pilot Charts
Liens vers les Pilot-charts, données statistiques mensuelles sur la météo marine et notamment la force et direction du vent pour les traversées.

Choix cartographie et logiciel de navigation – Forum Nautique
Pour une navigation hauturière, quel logiciel de navigation (Macsea, Noe, Scannav, Seapro, … ?) assoccié à quelles famille de cartographie (Navionics, ENC, Cmap, … ?) suggérez vous ?

Logiciel de navigation OpenCPN – Forum nautique
… Pour ceux qui nous ont demandé par mail je poste ici un lien vers (logiciel gratuit avec guide d’utilisation en français) un autre logiciel …


Questions, commentaires : ,  Abonnement : abonnement,  Inscription newsletter : Newsletter,  Partager : twitter facebook
Donnez votre avis sur cet article : A revoirBofMoyenBienTrès utile (12 avis, moyenne : 4, 25 sur 5)
Loading ... Loading ...